#1CoupleSur6 #VagueEspoir

VE_BannerFB_851x315px_03[1]

Qu’est-ce que l’infertilité ?

Au Québec, un couple sur six recevra un diagnostique médical d’infertilité.

L’infertilité est la difficulté, voir l’impossibilité, d’avoir un enfant sans aide médicale. L’infertilité est une maladie reconnue par l’organisation mondiale de la santé depuis 2009. Elle se définit par une année de relations sexuelles non protégées ne menant pas à une grossesse, ou trois fausses-couches consécutives. Parfois, la cause est identifiable, mais plusieurs couples font face à une infertilité inexpliquée.

L’infertilité peut arriver à tout âge. Ça peut arriver à tout le monde. Que vous soyez en bonne ou en moins bonne santé, que vous ayez 40 ans ou 20 ans, que vous ayez déjà eu des enfants ou non, que vous soyez riche ou pauvre… Personne n’est à l’abri.

C’est un diagnostique qui fait mal et qui a un impact dévastateur sur le projet de vie d’une personne ou d’un couple. L’absence d’un enfant, d’un frère ou d’une soeur, d’un petit-enfant, d’un neveu, d’une nièce… ça laisse un trou béant dans le cœur du couple et de leurs proches.

Puisque le sujet est difficile à aborder, un grand nombre de couples souffrent de leur infertilité en silence. Même si vous avez l’impression que l’infertilité ne vous touche pas directement, il y a probablement plusieurs personnes de votre entourage qui ont vécu ou qui vivent encore cette épreuve. Pour ces personnes, le programme de procréation assistée du Québec peut faire toute la différence.

Le projet de loi 20

Le Projet de loi 20 a été déposé par le Ministre de la santé et des services sociaux Gaétan Barrette le 28 novembre 2014. Il touche à deux sujets: la pratique de la médecine familiale et spécialisée, et le programme de procréation assistée du Québec.

En matière d’impact sur le programme de procréation assistée, le projet de loi 20 propose :

  • L’abolition du crédit d’impôt actuel de 50% pour les dépenses reliées aux traitements de fertilité.
  • L’illégalité absolue pour les femmes de plus de 42 ans d’accéder à la fécondation in vitro (FIV), même à leur frais. Un médecin qui conseillerait à une patiente de plus de 42 ans de recevoir des traitements hors du Québec serait également passible d’amende.
  • La fin de la couverture par la RAMQ de 3 cycles de FIV par enfant désiré.

Au lieu, le projet de loi propose un nouveau crédit d’impôt pour la FIV. Ce crédit :

  • Ne sera pas accessible aux couples où l’un des conjoints a déjà eu un enfant.
  • Ne sera pas accessible si la FIV est nécessaire suite à une stérilisation volontaire (vasectomie, ligature des trompes)
  • Ne sera donné qu’une seule fois (1 cycle) aux femmes de moins de 37 ans, et deux fois (2 cycles) aux femmes de 37 à 42 ans.
  • Remboursera seulement de 20% à 80% des frais de traitement, selon le revenu familial: 80 % pour les revenus familiaux de moins 50 000$, diminuant progressivement jusqu’à 20 % pour ceux de plus de 120 000$.

Les inséminations artificielles et les soins requis pour les patients qui doivent commencer un traitement médical qui entraîne un risque sérieux de mutations génétiques ou une infertilité permanente seront toujours couverts.

Le projet de loi 20 rendra la fécondation in vitro financièrement inaccessible pour la majorité des couples Québécois. De plus, certaines clauses du projet de loi sont discriminatoires et injustes, et vont beaucoup trop loin.

Soutenons la Vague Espoir parce que ce qui se passe au Québec aujourd’hui pourrait arriver en France demain.

Publicités

Une réflexion sur “#1CoupleSur6 #VagueEspoir

Les commentaires sont fermés.