On se régale [Grossesse]

La dernière séance d’haptonomie était la séance du papa. Mon homme et moi avons donc échangé nos places une partie du temps. Il a pu expérimenter le ballant, le décambrage (Claire a pris le relai pour ça) et le toucher haptonomique. Ça lui a beaucoup plu, d’autant qu’il a pu voir qu’il n’y a pas besoin de force pour que ça fonctionne bien. Pendant cette séance, Claire nous a également démontré la force de l’haptonomie, notamment face à la douleur. En passant, elle a confirmé ce que beaucoup d’entre nous avons expérimenté : les médecins sont formés à leurs gestes médicaux mais très peu sont capables d’accueillir leur patient en tant que « personne ». Elle nous a également expliqué que notre deuxième cerveau, le ventre, gère tout ce qui est de l’ordre des émotions et sensations. Si le ventre, la « base » en haptonomie, est fermé, alors nous vivrons les choses désagréables d’autant plus mal.

Passage à la démonstration en live, mon homme était allongé sur le ventre et elle lui a passé les mains de chaque côté des côtes de façon à ce que ses doigts lui palpent le ventre de façon intrusive. Je ne sais pas si je suis très claire dans la description mais je peux vous dire qu’il n’a pas trouvé ça très agréable. Elle a ensuite proposé un toucher haptonomique, en ayant les mains sur son dos, lui demandant d’accepter ce contact, de se détendre et de venir au contact dans ses mains comme le bébé vient dans les nôtres quand on l’appelle. Après quelques instants, elle a refait son toucher invasif du ventre et mon homme l’a vécu complètement différemment. Cela restait désagréable mais beaucoup plus supportable.

Lorsque je suis montée à mon tour sur la table, elle m’a proposé de vivre cette expérience un peu différemment. J’étais allongée sur le dos et Claire s’est excusée d’avance avant de me pincer l’intérieur de la cuisse, près du genou. Ouch !!! Ça fait super mal ! Elle a ensuite demandé à mon homme de poser ses mains sur mon ventre. Je devais aller vers ce contact, aller chercher la sécurité offerte par mon homme. Ça m’a pris un peu de temps et 2 nouveaux pincements douloureux (il faut dire que pendant ce temps-là, bébé faisait des bonds sous les mains de son père et ça me déconcentrait un tant soit peu) mais j’ai fini par y arriver. Au dernier pincement, c’était miraculeux, je sentais bien que Claire me pinçait mais je n’avais plus mal ! Je me suis même demandé si elle m’avait pincé moins fort que les autres fois. Comme si elle avait lu dans mes pensées, elle a demandé à mon homme de la rejoindre et de s’éloigner de la table quelques instants. Lorsqu’elle est revenue et m’a de nouveau pincée, c’était à nouveau très douloureux. Elle nous a expliqué que c’est quelque chose qu’on approfondira au fil des séances en vu de l’accouchement.

A un moment, nous avons eu une discussion sur la temporalité de l’autre. Claire nous a expliqué qu’il y a des bébés primaires et secondaires. Les premiers vont réagir au quart de tour lorsqu’on leur propose quelque chose. A l’inverse, les bébés secondaires vont avoir besoin de plus de temps pour faire les choses mais aussi pour réfléchir à ce qu’on leur propose (est-ce bien pour moi ? est-ce que j’en ai envie ? …). Il est important de reconnaître et accepter la temporalité de l’autre, notamment chez son enfant pour qu’il soit dans le moment avec nous et pas à la traîne, toujours à courir après les autres. Si on ne le fait pas, on se retrouve à toujours brusquer ces enfants-là, à les presser, au lieu d’avoir de vrais moments avec eux.

C’est une notion très intéressante et nous y reviendrons plus tard, nous verrons si le petit bout est plutôt primaire, comme sa maman, ou secondaire, comme son papa.

On se régale toujours autant avec l’haptonomie :-).

Côté grossesse, j’ai expérimenté une nouvelle nuit d’insomnie la semaine dernière. Mon corps était épuisé mais mon cerveau ne voulait pas s’arrêter de penser. J’ai commencé à avoir peur de la prématurité. Je me disais qu’il serait dommage d’en être arrivé là dans la grossesse et risquer perdre bébé maintenant. Ça vient peut-être de mes lectures car je me rappelle avoir lu quelque part que le petit bout est maintenant considéré comme viable mais cela reste une très grande prématurité. A mon avis, je culpabilisais aussi d’avoir poussé un peu mes limites le weekend précédent et de sentir que mon corps ne suit plus aussi bien qu’avant. Ayant enchainé voiture, position debout prolongée, ménage dans la chambre de la petite (les travaux sont enfin terminés !), soirée chez des amis et montage de la commode le lendemain (qui nous a pris environ 5 heures), je me suis retrouvée complètement HS le lundi. J’étais incapable de quitter le canapé pour faire quoi que ce soit. C’est dur pour moi d’admettre que je ne peux plus en faire autant qu’avant, surtout qu’on a une To Do List longue comme le bras avant la naissance ! Avec mon homme, nous avons donc fait le point sur tout ce qu’on doit faire dans les 3 mois à venir, histoire de planifier un peu les choses .

Sur une note plus sympa, j’ai reçu cette semaine le mobile musical. Voici les photos promises :

20150731_10333020150731_103412J’attends que nous montions le lit de bébé pour régler la hauteur des éléphants. Les ficelles sont grossièrement enroulées autour des branches pour la photo.

Je crois que j’ai trouvé mon prochain projet créatif : une guirlande en origami (merci à notre Reine à qui je pique l’idée). Si je trouve ce qu’il faut, j’en ferai peut-être une version guirlande lumineuse. A priori, c’est possible avec les origamis en forme de fleur ou de cube. Je me laisse un peu de temps pour mûrir le projet.

Il faudra être patientes pour les photos de la chambre. Les travaux « gros œuvre » sont terminés mais il reste l’aménagement et la déco.

En attendant bébé [27 SA]

J’ai pas mal profité des soldes pour les achats pour bébé mais mine de rien, les dépenses commencent à s’accumuler. Ayant lu pas mal de blogs/articles/forums, je n’ai pas acheté de vêtements taille naissance, je n’ai pris que du 1 mois. Par contre, je ne me rends absolument pas compte si j’ai assez ou trop acheté en terme de quantité. La maternité conseille le trousseau suivant pour bébé :

6 body / 6 pyjamas / 3 brassières en laine / 1 bonnet / 6 paires de chaussettes ou chaussons / 6 bavoirs / 1 turbulette

Je suppose que ça, c’est juste pour le séjour à la mater. Je ne voulais pas acheter trop de vêtements en petite taille pensant que de toute façon, bébé grandira vite et ne les mettra pas longtemps. En lisant le dernier post de Miliette, je me dis qu’entre les régurgitations, les fuites de couches et autres joyeuseté des premières semaines, il va peut-être me falloir un peu plus de changes ou alors, la machine à laver tournera non stop. Je suis preneuse de conseils sur la quantité de vêtements par taille.

Sinon, côté travaux, la chambre devrait être finie demain (enfin!). Le montage des meubles commencera probablement ce weekend, je suis impatiente.

Étant en arrêt de travail depuis maintenant presque 2 mois, il faut bien que j’occupe mes loooongues journées. Je me suis donc lancée dans un nouveau projet de DIY en attendant bébé : créer un mobile pour le petit bout. J’ai commandé le système d’attache et le boitier musical en ligne et j’ai confectionné les peluches suspendues avec mes petites mains. J’ai acheté le matériel dans une grande enseigne de loisirs créatifs et je me suis inspirée de modèles sur notre ami G**gle pour la forme. Il m’aura fallu trois après-midi pour découper et coudre quatre éléphants et une souris. J’attends de recevoir le mécanisme pour finaliser l’assemblage et voir ce que ça donne. Jusque-là, je suis plutôt contente du résultat. Je vous mettrai une photo quand se sera terminé. Y’a juste un petit problème : il me reste 106 après-midi à occuper avant la DPA 😉

J’ai déjà un gros chantier de tri et de rangement qui m’attend car tout ce qu’on stockait dans la « pièce du fond » ne pourra pas retourner dans la chambre du petit bout. Dans l’ordre, il faut qu’on fasse du tri dans la cave et dans le cagibi de l’appart’ avant de pouvoir ranger tout ce qui est temporairement stocké dans le bureau de monsieur. Tout le monde sera content lorsqu’on aura retrouvé un peu d’ordre dans nos affaires.

Nous n’avons pas prévu de partir en vacances cette année. Mon homme garde ses jours de congés pour après la naissance et le congé paternité. En plus, le gynéco m’a déconseillé les grands trajets à cause de mes contractions. Je pense que j’irai de nouveau me faire dorloter chez papa/maman quelques jours en août, histoire de profiter d’eux et de leur jardin. La dernière fois, j’ai eu plein de compliments de la famille sur le fait que j’avais bonne mine, que je paraissais épanouie dans la grossesse, que je n’ai pas pris beaucoup de poids (c’est en train de changer 😦 ), que j’avais un joli ventre. J’ai l’impression d’avoir mis mes complexes de côté pendant la grossesse, ça fait du bien.

Cette fois, c’est la bonne ! [Grossesse]

Ce matin, nous avions rendez-vous pour le suivi du 5ème mois (vendredi j’entamerai le 6ème mois). C’était la première rencontre avec le gynéco de la maternité. Ce monsieur était à la hauteur de sa réputation, très humain, rassurant. On sent (et on voit 😉 ) qu’il a de la bouteille. J’ai beaucoup apprécié qu’il ait pris connaissance de mon dossier avant le rendez-vous. La première chose qu’il m’ait dite en rentrant la pièce est « Bon alors, cette fois, c’est la bonne ! ». Après un retour sur notre histoire, il a noté moult informations sur mon homme et moi dans le dossier (allant de notre situation maritale à nos antécédents médicaux, en passant par nos tailles et nos métiers respectifs). Il a ensuite pris ma pochette de grossesse avec tous les examens et prises de sang et a mis de côté tout les documents qu’il voulait photocopier. Je suis finalement rapidement passée sur la table d’examen. En deux secondes, il a trouvé le cœur du bébé <3. C’est toujours un plaisir d’entendre cette rythmique rapide (d’autant plus que je ne me sers pas du doppler finalement). Il s’est montré rassurant quant aux contractions qui reviennent dès que je « bouge » un peu (c’est à dire sortir de chez moi plus d’une heure d’affilée). Mon col est toujours long et bien fermé. Pour autant, il a prolongé mon arrêt de travail et m’a confirmé que je ne reprendrai pas d’ici le congé maternité.

Nous avons apprécié l’ambiance qui régnait sur place, les infirmières et sages-femmes étaient joyeuses (il faut dire que l’une d’elles avait ramené le petit déj). Ça nous a permis d’avoir un vision différente de cet hôpital dont nous ne connaissions que les urgences, symbole de tant de mauvais souvenirs.

Côté travaux, le chantier n’est toujours pas terminé. Ler*y Merlin n’a pas livré en temps et en heure le parquet pour la chambre de bébé. L’artisan doit subir une petite intervention chirurgicale cette semaine, du coup, ça repousse la fin des travaux à dans 2 semaines. Ça ne m’arrange pas du tout car j’ai fait livrer hier le mobilier pour la chambre. Résultat, les cartons sont stockés dans l’entrée. J’ai hâte que les meubles soient montés, de pouvoir commencer à ranger les pyjamas et body que je me suis enfin décidée à acheter (il faut bien profiter des soldes !). J’ai eu comme une vague d’émotions en ouvrant le colis. L’achat du mobilier ou de la poussette ne m’ont pas du tout fait d’effet mais bizarrement, voir ces petits vêtements a rajouté une nouvelle dose de concret dans cette grossesse. Je me suis dit : « Y’a vraiment un bébé de cette taille qui va sortir de ton ventre dans 4 mois ?! ».

L’accouchement et surtout les douleurs qui vont avec, me font un peu peur. Je pense que c’est une peur classique, notamment pour un premier enfant. De toute façon, il faudra bien qu’elle sorte…

Nous avons eu une nouvelle séance d’haptonomie. Cette fois, mon homme a appris les gestes pour me décambrer le dos. Ça fait un bien fou :-). Comme la petite a encore pas mal de place pour bouger, Claire nous a montrer comment lui proposer de jouer (c’est tout doux en version hapto). L’idée est de l’inviter à aller d’un côté du ventre, puis de l’autre, tout en allant à son rythme. Pour l’instant, le petit bout n’est pas spécialement tentée par le côté gauche mais on ne désespère pas. A la maison, nous faisons une séance de 30 minutes pratiquement tous les soirs. C’est devenu comme un rituel où on se retrouve tous les trois, voire tous les quatre car le chat s’invite sur le lit avec nous assez souvent ;-).