Les jolies choses se font avec beaucoup d’amour et de patience… surtout de patience [grossesse]

Depuis le jour du terme, nous enchaînons les rendez-vous de suivi à la maternité toutes les 48 heures. Le ménage, la marche, faire les vitres, faire du ballon ne changent. Bébé n’est pas décidée à venir au monde. Cette semaine met à l’épreuve notre patience.

Dimanche, mon col n’avait pas évolué, c’est limite si les contractions n’avaient pas disparu durant le weekend. Cette attente et la stagnation jouaient sur mon moral. Heureusement, hier, la sage-femme nous a annoncé un col ouvert à 2 doigts. Le travail n’a pas commencé mais au moins, il y a une petite évolution. Il faut dire que j’avais pas mal contracté la veille. Nous sommes repartis de la maternité avec un rendez-vous pour un déclenchement jeudi.

Dernières 48 heures pour un déclenchement naturel. Je n’y crois pas trop étant donné que mes contractions ne sont ni plus intenses, ni plus fréquentes.

Cette fin de grossesse fait ressurgir quelques angoisses également. Les risques du dépassement de terme sont liés au placenta. Celui-ci a en quelque sorte une date de péremption et les échanges mère-enfant peuvent se détériorer: manque d’oxygène, de liquide amniotique, souffrance fœtale… d’où la surveillance tous les deux jours. A chaque rendez-vous, la sage-femme pose une série de questions pour s’assurer que tout va bien, la principale étant « Est-ce que bébé bouge bien ? ». Le truc, c’est que mon bébé bouge beaucoup moins qu’avant, en tout cas, pas assez à mon goût. C’est peut-être dû aux contractions, au manque de place, dans tout les cas, ça m’inquiète et j’ai parfois cette peur de perdre le bébé si près du but. Du coup, je l’asticote beaucoup, je caresse mon ventre, je lui parle beaucoup jusqu’à ce qu’elle bouge et me rassure.

Quoiqu’il arrive, on sait que demain, nous resterons à la maternité. Le moment où je vais enfin pouvoir tenir mon petit bout dans les bras se rapproche enfin.

J’espère que le déclenchement sera efficace. Lorsque j’ai demandé à la sage-femme comment ça allait se passer, elle m’a expliqué que ça dépend de l’état du col. Généralement, un tampon de prostaglandines est inséré au niveau du col. Il faut ensuite attendre pour voir si cela déclenche des contractions et l’ouverture de celui-ci. Si ça ne fonctionne pas, l’opération est répétée au bout de 24 heures. Si rien ne bouge au bout de 24 heures à nouveau, le gynéco décidera de la suite à donner.

Pour reprendre la phrase d’un cadre qui a du succès sur la blogo :

Les jolies choses se font avec beaucoup d'amour et de patience

… surtout de patience 😉

17 réflexions sur “Les jolies choses se font avec beaucoup d’amour et de patience… surtout de patience [grossesse]

  1. Oh, la rencontre est toute proche ! 😉 Plein de courage pour la dernière ligne droite et les angoisses. Je croise les doigts pour un début de travail rapide et une merveilleuse rencontre !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.